Buveur ordinaire ou alcoolique ?
publié le 19/05/2015

 

 

L’alcool est une coutume qui nous aide à nous détendre, qui nous donne un plaisir authentique et qui nous permet de lutter contre le stress de la vie moderne.

L’alcoolisme, en revanche, est une maladie grave comparable à la dépendance à l’héroïne.

La différence est donc de taille.

 

 

Le piège de la dépendance est le plus grand abus de confiance jamais concocté dans l’histoire de l’humanité. Une phrase célèbre d’Abraham Lincoln :

« Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps ; vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps ; mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps »

 

Questions :

« Prenez- vous un verre chaque fois que vous rencontrez un problème ? »

« Buvez- vous de l’alcool pour son goût ou pour l’effet qu’il vous procure ? »

« Vous arrive-t-il de quitter votre travail en douce pour vous en jeter un derrière la cravate avant le déjeuner ? »

« Vous arrive-t-il de boire seul ? »

« Souffrez-vous de trous de mémoire quand vous avez bu ? »

« Trouvez-vous que vos amis mettent trop longtemps à vider leur verre ? »

Le questionnaire se conclut sur ces mots :

«  Soyez extrêmement prudents si vous avez répondu « oui » à une ou plusieurs de ces questions car cela peut signifier que votre consommation est excessive ».

 

Le piège de l’alcool

Le piège de l’alcool est conçu pour  attraper des êtres humains, et 90% d’entre eux en consomment. Le but de ce piège est de garder ses prisonniers jusqu’à leur dernier jour en les persuadant qu’ils ont choisi de boire et qu’ils conservent un contrôle absolu.

Plus ces drogues vous détruisent, moins vous pouvez vous en passer, et plus vous tentez de vous justifier, à vos propres yeux comme aux yeux des autres, en prétendant contrôler votre comportement.

 

L’ingéniosité de toutes ces drogues réside en partie dans leur aptitude à vous convaincre que sans elles vous ne pourriez plus profiter des bons moments ni combattre le stress. Voilà pourquoi, même quand nous soupçonnons la vérité, nous nous efforçons de trouver des excuses et de nous persuader que nous contrôlons encore la situation.

L’alcool ne vous aide pas à vous détendre, il ne vous donne ni courage ni confiance en vous, il ne vous apporte aucun soutien dans le combat contre l’ennui et le stress.

 

Il est l’objet de grossières manipulations : nous parlons d’EUPHORIE alors qu’il s’agit en fait de DEVASTATION.

 

Peu importe si votre profession est stressante ou routinière, puis que l’alcool vous aide en apparence à lutter contre les tensions et contre l’ennui. La seule chose qui compte  c’est que vous êtes engagé sur une pente glissante. Vous n’acceptez toujours pas le qualicatif d’alcoolique, mais vous ne pouvez plus nier que votre consommation est excessive. Peu importe que vous décidiez de boire moins souvent ou en moins grande quantité chaque fois. Dans un cas comme dans l’autre, vous vous heurtez vite à de grosses difficultés.

 

Pourquoi consommer un poison qui vous réduit en esclavage, a mauvais goût, raccourcit votre espérance de vie, sape votre système immunitaire, entrave votre concentration, détruit votre système nerveux, votre confiance en vous, votre courage et votre pouvoir de relaxation ?

 

Je ne peux pas me faire à l’idée de ne plus jamais boire une seule goutte d’alcool

Si vous considérez un seul verre comme une source de plaisir et comme un soutien, alors il en sera de même pour un million de verres. Vous vous retrouverez dans la même situation qu’un funambule qui tente de traverser les chutes du Niagara sur une corde raide.

 

 

En finir avec l’alcool

Ne remettez jamais votre décision d’arrêter l’alcool en doute, acceptez le fait que vous aurez des jours avec et des jours sans,

 ET partez RECONQUERIR LE PLUS FABULEUX DES TRESORS, la seule drogue à laquelle nous devons être accros ; LE BOHNEUR !

                                                                                                                                                                                              Myriam Amat

 

Bibliographie : MAÎTRISER SA CONSOMMATION D ALCOL  Allen Carr